La nature et la société : Féminisme

jeveuxeleverdesabeilles

Je suis fille et petite fille de féministes. J’ai appris très tôt quel combat mes aïeules ont mené pour me permettre aujourd’hui d’avoir un compte en banque, de conduire, de sortir seule dans la rue, de voter et d’être élue. Dans ma famille, le féminisme n’a jamais été un gros mot, c’était une valeur intrinsèque à toutes celles inculquées par mes parents : ouverture d’esprit, tolérance, solidarité, liberté, savoir. Mes parents aiguisait notre curiosité, nous poussait à nous connaître et à connaître le monde autour de nous. Ils étaient pragmatiques et efficaces dans tout ce qu’ils entreprenaient et chercher à nous montrer cette voie. C’est à l’école que j’ai appris quel mot correspondait le plus à l’éducation que j’avais reçue : l’humanisme.

View original post 478 more words

La nature et la société : Féminisme

Sexisme hipster ou le privilège de la distance

Ah d’accord…

feminada

VICE_CoverL’autre jour, ma mère me demandait ce qu’est un hipster. Les définitions peuvent certainement varier, mais je lui ai répondu à peu près ceci : un hipster est une personne qui s’approprie certains éléments (souvent rétros) associés à la culture prolétaire, à des fins esthétiques, mais toujours avec une pointe d’ironie.

Certaines personnes mal avisées pourraient croire que les femmes hipsters n’ont pas de goût avec leurs leggings taille haute, leurs tricots des années 80 et leurs grosses lunettes. Leurs contreparties masculines pourraient passer pour des pas de classe avec leur pilosité faciale abondante, leurs chemises à carreaux et… leurs grosses lunettes. Qu’on les trouve mal habillés, les hipsters s’en tapent, car ils ne cherchent pas l’assentiment du commun des mortels : entre eux, ils savent qu’il y a un second degré et ça leur suffit amplement. Les hipsters ont horreur du mainstream, de là leur fascination pour la scène…

View original post 1,125 more words

Sexisme hipster ou le privilège de la distance